BiodécouverteBiodecouverte.html
Ecologie des
CommunautésEcologie.html
Paléoenvionnements
holocènesPaleoenvironnements.html
Dynamique
des paysagesDynamique.html

APPLICATIONS & RESULTATS

LépidoptèresLepido.html
Faune du solFaune_sol.html
Sp. invasives
DrosophilesDroso.html
Marais Lopé 2Lope_2.html
Environnements
& Santé humaine
Services écosystémiques

Un projet de recherche transdisciplinaire

Découvrez les thématiques, les outils et des exemples d’application.

Marais PorosaPorosa.html
SaproxyliquesSaproxyliques.html
CéphalophesCephalophes.html
Stocks de Corg
Crocodiles
ComestiblesInsectes_ressources.html

SYNTHESES

Reconstitution de l’évolution des paysages (temps long)
Analyse de la dynamique paysagère (temps court)
Inventaires faunistiques et conservation de la biodiversité
Patrons spatio-temporels des communautés et scénarios
Services écosystémiques : qualité des sols et des forêts
Déterminants environnementaux et écologie de la santé
WasmanniaWasmannia.html
Vers de terre
  1. (i)Déterminants environnementaux et santé humaine. Les changements climatiques, la déforestation et l’intensification des activités humaines modifient la distribution et la dispersion de groupes taxonomiques susceptibles de contribuer à augmenter/réduire l’émergence et la propagation d’agents pathogènes. Si l’impact de certains déterminants environnementaux est bien compris, d’autres nécessitent d’être mieux évalués. L’analyse croisée de la dynamique des paysages, de la distribution des taxons relevant du  groupe "vecteurs et réservoirs" et des données épidémiologiques permettra d’avancer sur cette question essentielle pour la santé des populations concernées. Les recherches engagées dans le cadre d’ECOTROP s’attacheront à analyser et quantifier les relations empiriques entre environnements et santé humaine, à partir d’une caractérisation croisée des données de télédétection, des inventaires faunistiques et des suivis épidémiologiques.


  1. (ii) Conséquences des politiques de Gestion de la Biodiversité. De nombreuses initiatives attestent du rôle des politiques de gestion forestière et de conservation de la biodiversité. Néanmoins, les niveaux de biodiversité des écosystèmes forestiers sont extrêmement difficiles à appréhender en zone équatoriale. C’est pourquoi il est essentiel de maintenir les efforts d’inventaire de la biodiversité et de mise au point d’outils permettant de quantifier la diversité spécifique de groupes taxonomiques "emblématiques". Les recherches engagées dans le cadre d’ECOTROP s’attacheront donc à renforcer les connaissances sur les niveaux de biodiversité des écosystèmes caractéristiques de la sous-région. Il s’agira de déterminer les conséquences des différents modes de gestion et des activités humaines par la mise en place d’inventaires systématiques et le développement de marqueurs moléculaires de la diversité spécifique.


  1. (iii) Trajectoires paysagères et services écosystémiques. Soumis à une sollicitation croissante, les écosystèmes délivrent des services environnementaux de plus en plus dégradés. Si la question de l’impact des processus de déforestation/reforestation sur le stockage/déstockage de Carbone est naturellement mise en avant par la communauté scientifique internationale, d’autres services écosystémiques doivent également être explorés à court et moyen termes. C’est pourquoi il est essentiel d’intensifier l’étude des groupes taxonomiques souvent qualifiés d’"ingénieurs écologiques". Les recherches engagées dans le cadre d’ECOTROP s’attacheront à caractériser l’altération/amélioration de divers services écosystémiques en relation avec les dynamiques paysagères à l’échelle décennale. Les efforts porteront notamment sur la faune du sol, en grande partie méconnue et considérée comme la troisième frontière biotique.

OUTILS & METHODES

BIO-INDICATEURS & INDICES

Microlépido.

Contexte général


Le Bassin du Congo est une région particulièrement vulnérable au Changement Global. En effet, l’évolution de l’occupation et de l’usage des sols, liée à une croissance démographique sans précédent et combinée au changement climatique et à la mondialisation des échanges commerciaux, provoque de profondes mutations des paysages forestiers, impactant ainsi les ressources naturelles et les services écosystémiques qui leur sont associés. C’est dans ce contexte environnemental, démographique et socio-économique, que de nombreuses initiatives ont été prises à l’échelle supra-gouvernementale, comme, par exemple, le "Plan de Convergence" de la Commission des Ministres des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) ou la "Stratégie sur le Développement des Produits forestiers non ligneux" de la Food and Agriculture Organization of the United Nations (FAO). Ce besoin de planification stratégique à l’échelle régionale doit s’accompagner par une structuration des institutions de recherche et de formation et des opérateurs environnementaux afin d’identifier les enjeux scientifiques sous-jacents et d’améliorer la connaissance de l’impact qualitatif et quantitatif de la dynamique des paysages sur les ressources naturelles et les services écosystémiques.

Objectifs scientifiques


Les actions de recherche portées par le Consortium ECOTROP ont pour ambition de lever des "verrous" scientifiques et techniques pour une meilleure évaluation et une prédiction plus robuste de l’évolution des ressources naturelles dans le Bassin du Congo. La disponibilité des ressources naturelles et l’efficacité des service écosystémiques sont des fonctions complexes qui dépendent du climat, de l’occupation des sols et de la dynamique des écosystèmes, aussi bien que des politiques de gestion et des conditions d’exploitation.


L’objectif général est de contribuer à une meilleure compréhension des relations entre les dynamiques des paysages, les ressources naturelles et les services écosystémiques, en se focalisant sur des groupes d’organismes dont la distribution et la composition jouent un rôle clé pour une gestion durable des environnements.

  1. (iv)Développement d’indices. Ces trois axes thématiques seront complétés par une approches tranversales visant à développer l’utilisation d’indices en s’appuyant sur les analyses initiées dans les axes principaux. Ces bioindicateurs serviront de base à des expertises ponctuelles de la qualité et à des modélisations combinant scénarii climatiques, politiques de gestion et croissance démographique. Trois volets feront l’objet d’une attention particulière : des indices de la qualité des eaux basés sur des "organismes pathogènes" en relation avec les problématiques de santé humaine ; des indices de la valeur patrimoniales des écosystèmes basés sur des "groupes patrimoniaux" en relation avec les problématiques de l’écotourisme et des indices de la qualité des écosystèmes forestiers basés sur des organismes saproxyliques (dépendant du bois mort) en relation avec la problématique de l’exploitation des forêts.

Caractère innovant et résultats attendus


Le premier défi consiste à lever des verrous scientifiques et techniques qui actuellement limitent l’évaluation des ressources naturelles et des services écosystémiques et la modélisation de son évolution sous l’effet combiné du changement climatique et d’une pression anthropique croissante. Ainsi, la prise en compte de l’impact des dynamiques paysagères sur la diversité de groupes taxonomiques clés permettra d’améliorer la paramétrisation des prévisions. Le deuxième défi consiste à développer une approche holistique de la biodiversité, en abordant de manière conjointe trois questions clés : la santé humaine, la valeur patrimoniale et les services écosystémiques. Ainsi, le développement d’outils moléculaires et de bioindicateurs spécifiques aboutira à la mise en place d’outils adaptés à une caractérisation et une quantification globales des ressources et permettra d’envisager leur gestion intégrée à l’échelle des territoires écologiques au service des opérateurs locaux. Le troisième défi consiste à fédérer les compétences et les moyens dispersés à l’échelle régionale en fonction des contextes administratifs et économiques locaux. Ainsi, la mutualisation des ressources et des équipements autour de chantiers communs contribuera (i) à renforcer des collaborations croisées existantes et (ii) à structurer un consortium élargi à même de mobiliser des bailleurs de fonds en vue de la mise en place et de la pérennisation de plateformes d’observation.

Génétique des populationsGenet_des_pop.html
Barcoding ADNBarcoding.html
Scénarios
& modèles
Sédimentologie
PaléoécologiePaleoecologie.html
Epidémiologie
Télédétection
Database
& SIG
Biostatistiques
Analyse du
Corg des sols
Paléoclimat
Anthropisation
Diversité
Endémisme
Q ressources
Risque
Dynamique
Invasion
Métrique
Trajectoire
Q sols
Q forêts